création de podcasts business natifs pour entreprises

Création de podcasts natifs d’entreprise : prenez la parole !

On n’oublie pas un bon podcast. L’entreprise leader d’opinion est celle qui marque les esprits et influence sa sphère de notoriété. Par son expertise, ses expériences partagées, ses opinions techniques, l’entreprise donne à écouter les femmes et les hommes qui la composent et elle influence les opinions et les actions des autres.

Produire un podcast c’est réaliser et livrer une ou plusieurs séquences audio disponibles à l’écoute en faisant appel, ou pas, à des prestataires extérieurs.

Un podcast, c’est d’abord un média. Le vôtre.

Le podcast (ou balados) est un outil de diffusion d’un contenu, c’est donc un média. Et l’objectif du média est d’informer, de convaincre, de diffuser une idée, de vendre, de valoriser, … les usages des médias sont tellement multiples qu’on ne saurait tous les nommer !

Mais une chose est certaine cependant : la qualité formelle et technique d’un podcast est un élément fondamental pour sa bonne diffusion. Et elle est souvent le maillon faible dans le processus de création audio.

C’est pourquoi nous proposons nos services de production ou de formation à la création de balados.

Le podcast d’entreprise, c’est de l’influence.

…c’est de l’expérience humaine partagée.

…c’est un média d’entreprise.

>> Faites appel à des professionnels de l’audio pour créer et manager vos podcasts.

Le cahier des charges de création de podcasts.

La production de balados repose toujours sur un cahier des charges précis et planifié qui porte un projet clairement délimité.

Le périmètre de ce projet peut être très varié et nous prenons en charge toutes les options suivantes : 

  • le podcast le plus simple est un interview ou une série d’interviews suivies de montages audio pour apporter du rythme et créer les séquences thématiques qui sont ensuite diffusées via un flux : sur votre site web d’entreprise, sur vos réseaux sociaux par exemple.

  • le podcast le plus complet porte sur une production complète :
    • la création d’un scénario en relation avec une ligne éditoriale,
    • la rédaction des séquences,
    • la sélection des personnes ressources à interviewer si des interviews sont prévus,
    • la sélection des comédiens et/ou voix-off,
    • la création ou l’achat avec gestion des droits des sons d’ambiance et des illustrations sonores,
    • la création ou l’achat avec gestion des droits des musiques,
    • la traduction et la sélection des comédiens et voix-off étrangers,
    • les mixages des pistes audio,
    • les montages des différentes versions scénarisées,
    • l’exportation des séquences audio en différents formats,
    • la sélection des plates-formes de diffusion,
    • la gestion de la diffusion et des analytics d’écoute et de téléchargement,
    • la rédaction des pages web de présentation des podcasts.

  • entre ces deux types de production, on trouve tout un gradient de production qui répond à votre demande. Celle-ci est formalisée par un cahier des charges de production.

Tous nos podcasts sont créés pour une diffusion optmale sur les réseaux sociaux et les plates-formes d’écoute.

Nos podcasts sont optimisés pour l’indexation sur les moteurs de recherche et le référencement naturel (nous consulter à ce sujet si c’est une demande).

Prendre contact

Comment créer vos podcasts d’entreprise?

Nous travaillons avec vous en mode projet : nous intégrons votre planning dans notre production sur la base de votre cahier des charges.

Définir un cahier des charges pour podcast.

Le cahier des charges que vous nous transmettez est analysé et éventuellement partiellement ré-écrit pour être intégré dans un process de production. 

Nous pouvons par ailleurs construire votre cahier des charges avec vous, et  même vous proposer différents cahiers de charges en fonction des objectifs que vous poursuivez.

Notre méthodologie de création de contenus numériques prend en compte l’avancée de votre réflexion sur le sujet. C’est une méthode agile de type scrum qui permet de rendre autonome chaque partie du projet dès lors que le cahier des charges est finalisé et le budget validé.

Comment est-ce qu’on travaille ensemble à la création de votre podcast ?

La création d’un podcast béit à un phasage qui commence par une parfaite connaissance de votre projet. À titre d’exemple :

  • Prise de rendez-vous téléphonique,
  • Découverte approfondie de vos besoins, publics, objectifs de médiation, objectifs éditoriaux, commerciaux, d’image, de notoriété, …
  • Définition des ressources : budget, ressources internes,
  • Définition du cahier des charges et de la ligne éditoriale,
  • Établissement d’un planning,
  • Validation du budget,
  • Prise de contact avec les personnes ressources,
  • Interviews et autres prises de son,
  • Recherches et achats de sons, musiques et des droits,
  • Mixage et montage son,
  • Validation de la maquette du podcast,
  • Création des séquences audio,
  • Transfert et diffusion

Nous nous déplaçons dans toute la France et les pays francophones.

Les podcasts de votre entreprise.

Podcasts de l’histoire de votre entreprise.

La force d’une histoire, la puissance évocatrice du son… “Allumez votre cinéma intérieur”.

Chaque entreprise est un univers. 

La culture de l’entreprise, ses ressources humaines, techniques, patrimoniales, son histoire et son expérience lui sont propres et uniques. L’entreprise est le coeur de l’innovation industrielle et technique, mais aussi la source d’une infinité de compétences, de projections d’aspirations personnelles et d’idéaux sur lesquels vous pouvez communiquer.

L’entreprise, c’est une histoire et des histoires.

Sauvegardez la parole des femmes et des hommes, les idéaux et les combats, les réussites, les doutes et les remises en question qui ont fait votre entreprise. Qui la font.

Valorisez votre histoire : 

  • Comment vous avez créé un produit ou un service pour répondre aux besoins de vos clients ? En quoi ce que vous faites est inédit, original, exceptionnel ?

  • Ponctuellement ou régulièrement :
    • Racontez vos histoires d’entreprise
    • Donnez à entendre de l’humain
    • Valorisez vos collaborateurs
    • Communiquez sur vos résultats
    • Informez vos partenaires
    • Accompagnez le changement

Dixitoo, un professionnel de la conception de podcasts.

Cette somme d’histoires et d’expériences  humaines, de savoirs-faire, il vous faut la confier à un professionnel de la technique audio et du podcast natif, du recueil d’expériences par l’interview, de la médiation audio, c’est à dire des techniques de valorisation audio.

Le podcast : apporter du sens à votre votre communication.

L’audio s’inscrit dans votre stratégie de contenu, mais c’est un média à part (et à part entière!) et le concepteur de podcasts doit valoriser votre ligne éditoriale. Son rôle est multiple :

Intégrer le son dans la conception de votre ligne éditoriale.

Vous maîtrisez les médias rédactionnels, visuels, vidéos… mais le son?

Avec sa puissance évocatrice, sa subtilité et sa profonde humanité, le média audio allume l’écran de nos cinémas intérieurs : ce sont les auditeurs et les auditrices qui construisent leur monde personnels en écoutant le son des podcasts. Ainsi, un podcast est plus proche d’un livre que d’une vidéo.

Un média-podcast est un ensemble de séquences audio qui respecte et conforte votre ligne éditoriale, c’est pourquoi nous sommes à vos côtés en amont de la création pour veiller à ce que les sujets et les angles d’approche construisent une communication maîtrisée.

Vous accompagner dans le choix des sujets.

Reportage, portrait, interview, fiction. Certains sujets se prêtent mieux à la vidéo (sujets visuels) d’autres à la rédaction (sujets complexes qui permettent la relecture), mais les sujets qui se prêtent à l’audio sont profondément humains : témoignages de professionnels, récits, interviews, interviews croisés, reportages, discussions, captations sur le vif,…

Dans une interview, pour captiver, il faut que l’intervieweur soit en phase avec l’interviewé car il lui appartiendra de faire les relances, reformulations, etc. de façon à maintenir une certaine vigueur ou tension, et dans tous les cas un rythme.

Dans la construction du sujet, il ne faut pas être avare d’anecdotes, voire de péripéties, d’incidents, d’aventures !

Bien sûr, nous pouvons aussi faire appel à des comédiens et des voix-off pour servir un récit. Dans ce cas, le contenu rédactionnel doit être oralisé, et  le mieux est de nous confier la rédaction du texte pour l’oral. Voir ici rédiger un texte pour l’oral.3

Vous aider à choisir les angles d’approche et le type de traitement des sujets.

La séquence audio doit être “anglée”.

Trouver un angle, c’est définir un angle d’approche du sujet : comment traiter ce sujet précis? Par quel “bout” le prendre? 

En effet un sujet peut être très vaste et l’objectif sera d’en faire une série de séquences. Ou bien au contraire, l’angle d’approche du sujet peut être généraliste, pour traiter le sujet en une seule séquence. 

Approche professionnelle des sujets techniques.

Le sujet peut être très pointu, s’adresser à des techniciens et à un ciblage resserré, dans un contexte technique donné, et contenir des mots du métier (du jargon) : notre mission est de nous mettre à votre niveau. Cela passe par des techniques de médiation qui ont lieu lors d’un interview en profondeur. 

À chaque fois que nous interviewons des scientifiques ou des techniciens, ou même bien souvent des professionnels, nous nous hissons à un niveau de compréhension et d’analyse qui nous permet une restitution en accord avec votre objectif de diffusion ciblée.

La séquence audio ne doit pas contenir plus d’un angle d’approche ou d’un sujet.

Le message, fluide, doit être capté et compris. Revenir en arrière dans une séquence audio demande plus de manipulation qu’avec l’écrit. La mémoire et l’attention seront  trop sollicités si le sujet est trop complexe… résultat, avec une durée de séquence adaptée, nos auditeurs ne perdront pas le bénéfice de leur écoute!

Choisir le type de traitement audio : musique, bruitages, …

Musique de fond et d’accompagnement, atmosphère, illustrations sonores, rythme du montage, aspect reportage, aspect lissé ou brut, … Choisir le type de traitement adapté à votre ligne éditoriale qui va servir les séquences sonores et votre stratégie de contenu.

Vous accompagner dans la sélection des personnes-ressources.

Certaines personnes sont très à l’aise face à un micro, d’autres s’expriment avec facilité, d’autres encore aiment ça… d’autres non. En fonction d’une part de ces paramètres qui influent sur la qualité finale du podcast et d’autre part de l’aspect incontournable de telle ou telle personne “ressource”, notre rôle est de vous guider dans le choix des personnes à interviewer.

Par ailleurs, il sera aussi possible de faire interpréter certains interviews par des comédiens.

Interviewer les personnes-ressources.

L’interview audio en tête à tête ou lors d’un reportage, c’est une façon d’aborder et de mettre en confiance la personne “ressource”. L’art de la maïeutique consiste à mettre en confiance son interlocuteur.trice puis à dérouler un entretien dans une écoute active bienveillante.

Apporter le savoir-faire du feuilletoniste.

Tempo, rythme, mixage audio, illustration sonores, musique additionnelle, montage-son, silences, césure de type “cliffhanger”… un podcast vous emporte aussi quand c’est un média bien réalisé. D’une part il faut construire un sujet “auditif” pour faire naître émotions et évocations, tout en assurant le pouvoir attractif de la séquence audio, et d’autre part il faut finir une séquence sur une promesse : la séquence suivante sera aussi attirante! D’où l’importance de la césure.

Vous guider dans la durée des séquences de podcast.

Dans la continuité du découpage du feuilleton, la durée de chaque séquence de podcast doit être adaptée au sujet ou aux conditions d’écoute prévues. 

Faut-il tronçonner un sujet (trop) long en plusieurs épisodes ou bien faut-il intégrer une écoute longue dans les transports en commun par exemple?

Il faut prendre en compte les typologies d’auditeurs/trices : visuels, auditifs, kinesthésiques.

Pour les ciblages de personnalités  de type auditif, il ne faut pas craindre d’employer de sujets longs (26 ou 52 minutes d’écoute). Pour les autres types d’auditeurs, la question va se poser d’utiliser des séquences courtes, de format 5 minutes par exemple.

Veiller à la qualité du son. 

Si un podcast d’entreprise est basé sur des reportages et des interviews, la qualité de la prise de son sur le terrain est primordiale : un matériel bas de gamme ou défectueux et votre enregistrement est compromis. 

Une erreur dans le choix du micro (omnidirectionnel dans un milieu bruyant au lieu d’un micro cardioïde), un micro de mauvaise qualité, un bruit parasite non perçu, etc. Votre enregistrement est inexploitable…

Un enregistreur inadapté, un câble XLR non contrôlé, une carte son au débit insuffisant, etc… Si le podcasteur n’a pas les compétences techniques, votre podcast sera compromis.

Les podcasts des métiers de l’entreprise.

Portraits des femmes et des hommes qui exercent un métier dans votre entreprise, portrait humain d’un métier (ou portrait d’un métier humain).

Vous avez un objectif de communication auprès de :

  • salariés
  • clients
  • prospects
  • partenaires
  • fournisseurs
  • politiques
  • financeurs
  • actionnaires

Vous avez un objectif de valorisation de savoirs-faire internes :

  • métiers
  • compétences
  • process
  • méthodologies
  • savoir-être
  • parcours interne de formation
  • produits & services commerciaux

Vous avez un objectif de formation interne et de diffusion interne de savoirs-faire métiers :

  • compétences métiers
  • process techniques
  • exemples et illustrations d’aspects métiers

Influence

Expérience

Leader d’opinion

>> Faites appel à des professionnels de l’audio pour créer et manager vos podcasts.

Les promesses du marché du e-commerce en 2017

Les promesses du marché du e-commerce en 2017

Pour le baptême de ce blog, j’ai choisi de revenir sur certains chiffres de la vente en ligne publiés par la FEVAD – Fédération du e-commerce et de la vente à distance (le site web de la FEVAD ici).

 

Suite au séisme que fut internet pour les célèbres catalogues papier de Roubaix (la Blanche Porte, la Redoute, les Trois Suisses notamment),  la FEVAD, qui fédère depuis 1957 les entreprises de vente à distance, s’est retrouvée en très bonne place sur les décombres du secteur de la vente sur catalogue. Elle représente en effet les acteurs d’un marché d’avenir, sinon DU marché d’avenir… Pour la fédération, c’était inespéré. (Et cette renaissance illustre bien l’imprévisibilité des conséquences des révolutions…).

 

La FEVAD, donc, qui regroupe les principaux acteurs du commerce en ligne, dispose ainsi d’une des meilleures visions du marché du e-commerce. La fédération édite chaque année « les chiffres clés » du commerce en ligne (voir les chiffres clés ici), source d’informations incontournable.

Revenons sur certains de ces chiffres clés de la FEVAD…

 

Pour 2016, deux séries d’indicateurs éclairent le marché de la vente en ligne:

 

1/ Une poignée d’acteurs se partagent le CA du commerce en ligne.

 

Le CA du e-commerce B to C (Business to Consumers, le grand public) est concentré dans les mains d’une poignée d’acteurs

Amazon, CDiscount, Fnac, Ebay, Voyage SNCF forment le Top 5 des sites e-commerce les plus visités en France. Ils sont à la tête des 0,6% des sites qui concentrent 61% du CA du secteur.

%

0,6% des sites de e-commerce

%

font 61% du CA de la vente en ligne

L’autre pareto à connaitre, c’est que 85% du CA appartient à 5% des acteurs, soit seulement 9000 sites web en France.

En effet, 44% des sites marchands réalisent moins de 100 transactions par an ! (Et il serait intéressant de connaître la part de ceux qui vendent moins de 10 fois l’an… ) et 34 % moins de 1000 par an. Soit 140 000 sites web e-commerce qui  vendent moins de 1000 fois par an (78% des 180 000 sites répertoriés en 2015).

%

5 % des sites concentrent 85 % du CA

%

65 milliards d'euros de CA en 2015

%

44% des sites réalisent moins de 100 transactions par an

Et malgré cela, plus de la moitié des sites ont augmenté leur effectif en 2015, et prévoyaient de le faire en 2016. Avec une progression de 20 000 sites marchands par an, et actuellement 112 000 emplois e-commerce, les perspectives du marché de l’emploi semblent franchement porteuses.

+ 20 000 sites / an

On pourrait en tirer les mêmes conclusions partielles pour le marché de la prestation de services web marketing : en effet, bien des entreprises sont démunies face à la complexité et à la technicité des outils web. L’appel à un spécialiste du référencement, des outils Google (bon, c’est souvent la même chose), du webmarketing et de la création de contenus pourrait favoriser le développement des indépendants hors agence.

 

2/ Près de 90% du e-commerce échappe au B to B

 

Pour le B to B (Business to Business, les professionnels entre eux) c’est donc une vaste marge de progression.

La part de commerce en ligne en 2015 entre les entreprises est de 11% hors voyages d’affaires, et 18% avec. (Le secteur du tourisme, qui englobe celui du voyage d’affaire, est à mes yeux un marché à part, qu’on peut séparer de l’analyse).

%

Seulement 11% du CA pour le BtoB

Ce potentiel, dans un marché en forte croissance, résulte en partie du fait que 20% des entreprises seulement réalisent des achats en ligne. Et encore! les grandes entreprises ont une pratique plus développée du commerce électronique.

 

L’angle européen est aussi porteur de promesses : la vente en ligne B to B en Allemagne représente plus du double de la nôtre, il faut dire qu’ils sont grands utilisateurs des système d’échanges de données informatisés (EDI). Et les transactions britanniques sont plus de 4 fois plus nombreuses que les nôtres sur le web, hors EDI.

 

 

À première vue, ces chiffres sont vraiment contrastés. Alors, deux gros nuages dans un ciel bleu ? Il faut au contraire y déceler deux facteurs de dynamisme et de grandes opportunités :

  1. En effet, la concentration du CA dans les mains de quelques-uns est en partie due à leurs investissements massifs dans le webmarketing.  Les autres sites e-commerce – et c’est valable pour tous les sites qui cherchent la visibilité – savent donc ce qu’il leur reste à faire pour émerger : recruter des prestataires ou embaucher des webmarketeurs. C’est d’ailleurs une culture qui va diffuser, reste à savoir à quel rythme.
  2. Le marché du BtoB n’est pas encore structuré. Y participer maintenant sera une option payante à terme.

C’est ainsi une double promesse sur les capacités et les marges de progression d’un marché dont la maturité est tout simplement « hors perspectives »…